L’identité numérique pour construire l’autorité et la recommandation sur Twitter ?

Dans un récent article, André Gunthert met en avant que : « Le choix de consulter ou pas un contenu s’effectue essentiellement à partir du filtre de l’identité du médiateur et de ce qu’on connaît de ses goûts, de ses compétences ou de ses habitudes. ». Cette idée que « l’identité numérique » participe à de nouvelles formes de médiation sur le web (plus précisément « d’infomédiation sociale ») est au centre de mes recherches menées depuis quelques temps. En voici les contours…

A l’occasion de la mise en ligne de mon papier intitulé Vers une approche instrumentale de l’identité numérique : les attributs identitaires comme structuration de l’environnement informationnel ? je vais revenir en quelques lignes sur les idées présentées. Notez que ce papier a été écrit fin 2012 pour une publication en 2014 (le temps de la recherche l’édition en somme) et que par la suite, notamment dans ma thèse et dans de plus récents papiers, j’ai affiné mon approche des « agents-facilitateurs ».

 

Aborder les identités numériques par leurs attributs : l’exemple de Twitter

La notion d’identité numérique est protéiforme. La manière de l’aborder aussi :

  • Approche documentaire : l’identité numérique comme un ensemble de traces, que les plates-formes gèrent comme des ressources nécessaires à leur bon fonctionnement ;
  • Approche sémiotique : les traces comme une multitude de signes, chaque attribut (avatar, description du profil, etc.) ayant une valeur sémiotique (voir les travaux de Fanny George sur le sujet). La combinaison de ces deux premières approches amenant à percevoir l’identité numérique sous trois formes : identité déclarative (ce que je dis), identité agissante (ce que je fais) et identité calculée (ce que les plates-formes font de mes traces). Dans le chapitre d’ouvrage, j’y ajoute « l’identité redocumentarisée » (ou l’approche réputationnelle), soit la manière dont certains outils (type Klout) vont utiliser les résultats de l’identité calculée pour produire leurs propres computations ;
  • Approche « expressiviste » : l’identité numérique comme une « mise en scène de soi » (au sens goffmanien donc) ;
  • Approche relationnelle : l’identité numérique construit la relation en fonction de la mise en visibilité de certains attributs/traces. Ce que Dominique Cardon appel le « design de la visibilité ».

Premier constat : il n’y a pas une, mais des identités numériques, en fonction des plates-formes, du traitement effectué des traces, de la mise en visibilité (volontaire ou non) de celles-ci, ou encore du contexte dans lequel on interprète lesdites traces.

Deuxième constat : plutôt que ce concentrer uniquement sur les « traces » (concept lui aussi multiple), je préfère m’intéresser aussi aux attributs. Un attribut comme « Ce qui appartient en propre à quelqu’un ou à quelque chose » (Tlfi) permet de questionner les identités numériques comme ce qui va distinguer des profils en ligne, ce qui résulte de l’agir et de sa grammatisation par les plates-formes, plutôt que seulement s’interroger sur un ensemble de traces en quelques sorte désincarnées.

A partir de ces différentes approches, je propose et discute dans le chapitre d’ouvrage les attributs directement visibles sur l’interface Twitter (en 2012).

Identité déclarative Identité
agissante
Identité
calculée
Visibilité
Nom de l’auteur (Camille A),
nom du compte (caddereputation), biographie, pays (France), avatar, lien hypertexte externe
Accessible à tous, attributs référencés par les moteurs
de recherche
Volume de tweets envoyés sur
le réseau
Volumes d’abonnements
et d’abonnés
Accessible à tous si profil « ouvert »
Tweets envoyés Date de l’envoi Accessible à tous si profil « ouvert » et référencés par les moteurs de recherches (de manière aléatoire)
Abonnements (accès direct
aux comptes procédant
de l’usage
de la plate-forme), favoris, listes
Abonnés Accessible à tous si profil « ouvert »

 

Insérer de la recommandation dans sa veille : sortir de l’emprise des plates-formes

 Le fonctionnement en boite noire de Google, Facebook, voire mêmes de certaines plates-formes professionnelles de veille me questionne depuis longtemps et devrait (?) être aussi une interrogation pour les professionnels de l’information, autant que les chercheurs d’ailleurs. Si Twitter devient de moins en moins un réel outil de traitement de l’information pour se transformer en une plate-forme de conversation, cet outil reste un bon moyen d’accéder à l’information sans traitement automatisé.

Certes, le traitement de l’information y reste subjectif. Mais là est tout l’intérêt selon moi ! Si l’automaticité éradique la subjectivité, il me parait essentiel de garder ce qui fait la singularité d’une information pour un individu ou un groupe donné, la manière dont sa diffusion va s’adapter à un contexte spécifique. Et cela, justement, pour mieux appréhender ledit contexte, comprendre en quoi la manière dont l’information est éditorialisée pour être diffusée va influer sur sa compréhension et sa consommation.

Comme souligné dans le chapitre d’ouvrage :

« Cette insertion dans l’économie de la recommandation comme complément aux fonctionnements des algorithmes des plates-formes, passe par l’identification des pratiques informationnelles pouvant s’avérer utiles aux attentes des professionnels ou des organisations. »

Mais elle suppose aussi de s’intéresser à la place des attributs identitaires comme forme d’autorité, soit ce qui va légitimer, crédibiliser (ou non) la diffusion d’une information, au-delà donc des possibles formes de « redocumentarisation » (éditorialisation) effectuées pour prescrire une information.

 

Les attributs identitaires en ligne comme nouvelle forme d’autorité ?

 Cette question peut être prise sous deux angles :

  • Celui des plates-formes : quels traitements effectués de ces attributs pour hiérarchiser les contenus, les mettre en visibilité ou non, leur attribuer des marqueurs de réputation, etc.
  • Celui des usagers qui s’appuient sur des profils en ligne pour consommer de l’information. C’est cette piste que je poursuis dans le papier.

Afin de définir cette possible influence des attributs d’identités numériques sur la sélection de l’information en ligne (et sur Twitter plus précisément), j’ai identifié 44 attributs types. Puis, j’ai proposé ces attributs à des veilleurs/managers/ingénieurs utilisateurs de Twitter dans l’entreprise afin de les questionner sur les apports de ces attributs dans leur consommation de l’information. Dans un article à paraitre bientôt (le temps de l’édition) je donnerai plus de détails sur l’opération, ainsi qu’une typologie précise issue de ces attributs (sinon vous avez ma thèse).

Voici un tableau présentant les 10 attributs, le type d’identité auquel on peut les rattacher, ainsi que les apports potentiels en termes de collecte et de traitement de l’information :

Attributs Identité Apports
Personne physique
ou morale
Déclarative Permet de différencier ce qui motive la diffusion d’informations : valorisation de l’entreprise d’un côté, reconnaissance de ses compétences propres de l’autre
Pseudonyme
ou identité civile
Déclarative L’identité civile laisse supposer une meilleure identification de l’autorité informationnelle de l’auteur, et engage ses actes au-delà de son compte Twitter
Biographie Déclarative La présence d’une biographie offre la possibilité d’identifier le statut que l’internaute se donne (de nombreux profils observés se décrivant comme « expert »), ainsi que les thématiques qu’ils souhaitent aborder sur leurs comptes
Nombre d’abonnements Calculée Ce volume souligne la capacité du profil à recouper son information et à se tenir informé par le réseau
Nombre d’abonnés Calculée Ce volume souligne l’attrait et la reconnaissance/ notoriété du compte
Types d’abonnements Agissante Permet d’élargir l’intégration de sources, mais aussi de définir si celles-ci correspondent aux attentes de l’entreprise
Types d’abonnés Calculée Identification du public du profil, afin de définir notamment si ce public correspond à celui recherché par l’entreprise. Et si dans ce public se trouvent d’autres profils jugés comme « experts »
Volume de tweets moyen par jours Calculée et redocumentarisée Afin de définir si le volume d’informations diffusées peut s’intégrer aux capacités de traitement du système de veille
Part de conversations versus part
de tweets informatifs
Usage et calculée Cette différenciation permet d’identifier les profils s’axant principalement sur la diffusion d’informations (et qui ne semblent pas réceptifs aux interactions de leur réseau), et ceux plus conversationnels (ouvrant ainsi la possibilité de débattre ou préciser certaines informations reçues)
Volume de liens dans les tweets Calculée
et d’usage
Afin de définir les profils s’axant principalement sur la mise à disposition de ressources, de ceux utilisant la plate-forme comme outil « post-it » ou de conversation

Je présente ensuite une typologie, que j’ai affiné par la suite, et dont vous pouvez trouver une vision synthétique sur ces slides et dans cette vidéo (papier à paraitre bientôt donc).

 

Les identités numériques pour structure l’environnement informationnel ?

J’ai présenté rapidement ici les principaux développements de ce chapitre d’ouvrage. Pour conclure, voici certaines parties… de sa conclusion :

« Les premiers résultats d’une étude exploratoire menée sur le sujet montrent que des attributs identitaires en ligne, similaires à certains groupes d’acteurs, permettent d’identifier des consistances comportementales quant au traitement effectué de l’information. Comportements informationnels dont l’incorporation à un processus plus large de veille stratégique permet par la suite de collecter des informations dont la mise en contexte issue de ces attributs ou effectuée par les acteurs eux-mêmes favorise l’intégration de ces informations aux discours et stratégies communicationnelles développés par l’organisation.

Mais aborder les attributs identitaires en ligne comme source de structuration de l’information diffusée sur le Web suppose alors de s’interroger sur la notion d’autorité informationnelle, sur sa mutation en notoriété ou encore en influence. Car le Web produit ses propres indicateurs, les algorithmes qui dirigent les plates-formes constituent leurs propres critères de hiérarchisation, s’appuyant sur l’identité numérique des internautes pour construire ces règles de visibilité, de notoriété ou d’autorité, autant que pour s’appuyer sur les dites règles afin de fournir à leurs utilisateurs une information toujours plus personnalisée. ».


5 réflexions au sujet de « L’identité numérique pour construire l’autorité et la recommandation sur Twitter ? »

  1. Ping : Formation au numérique | Pearltrees

  2. Ping : IDENTITÉ NUMÉRIQUE - PEDAGOGIE | Pearltrees

  3. Ping : Éducation aux médias numériques et à l'information | Pearltrees

  4. Ping : Identité Numérique | Pearltrees

  5. Ping : RefNum | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *