Comment Twitter est devenu 2.0 : chronologie d’une « boite noire » annoncée ?

Twitter nous met en cageTwitter est aujourd’hui central pour de nombreux métiers (journalisme, veille, recherche, etc.) et ne cesse d’être mis en avant lors d’événements sociétaux. En octobre 2012, sur mon ancien blog, je posais la question suivante : Vers la fin de Twitter comme ressource informationnelle ?. Je me demandais à l’époque si les constantes modifications sur la plate-forme (interface, accès aux données, etc.) n’allaient pas transformer Twitter en une énième plate-forme conversationnelle qui pourrait faire fuir les individus s’en servant pour collecter ou traiter de l’information. Loin d’apporter aujourd’hui la réponse (et ce n’est pas mon but), je vous propose ici une chronologie thématisée de ces changements.

Depuis que j’utilise Twitter (2007-8 avec un compte « de découverte » inactif, et 2009 avec mon compte actuel) j’essaye de documenter chaque nouvelle modification. Je fais cela à plusieurs « titres » pourrais-je dire : en tant qu’usager lambda du service, qu’enseignant qui accompagne ses étudiants ou des professionnels sur les usages possibles de la plate-forme, que « veilleur » qui dans un cadre organisationnel ou non consomme et traite de l’information à partir de ce réseau, et comme chercheur dont Twitter est l’un des terrains central. A la base, ce que j’ai aimé avec Twitter est que je le voyais comme un outil. Une grande souplesse d’utilisation, de nombreux usages possibles, l’accès direct (et relativement « simple ») à de nombreuses données… Bref, et comme je le dis dans le précédent billet, ma pratique d’autres plates-formes en tout genre (Myspace, Facebook, Friendfeed, etc.) m’avait rarement autant passionnée.

Mais peu à peu, cette « innovation par l’usage » qui faisait l’attractivité de Twitter comme outil de traitement de l’information a laissé place à un modèle 2.0 dans la lignée des préceptes proposés par O’Reilly : captation des données grâce à des « rich interfaces » toujours plus « riches », publicité, contrainte des usages, recommandations accrues de contenus, d’autres utilisateurs… En somme, une volonté (toute économique je pense) de faire « grossir sa base d’utilisateurs »… Et de les garder captifs. Pourtant lorsque l’on sait que Twitter est aujourd’hui utilisé dans certaines classes (primaire, collège), par de nombreux chercheurs ou journalistes pour leur travail, mais aussi comme outil de mise en relation à part entière, on peut s’interroger sur la manière dont ces constantes modifications vont peu à peu orienter notre manière de consommer de l’information ou de communiquer.

Voici donc ci-dessous 3 thématiques pour lesquelles je reprends chronologiquement les modifications qui me semblent essentielles. J’espère que ce travail pourra éventuellement être utile pour certains lecteurs. J’ai un (gros) fichier d’articles traitant de chacune des modifications (enfin d’une grande partie) que je peux éventuellement partager une fois mis au propre. Je pensais au début faire une « frise chronologique » classique, mais je me dis qu’une entrée par thèmes est peut-être plus lisible.

Bien entendu, je ne vais pas me retenir d’émettre des hypothèses quant à ces changements. J’insiste : des hypothèses. Car si j’ai pu (et continue) à observer et décrire des usages de cette plate-forme, pour autant de nombreux points restes obscures : quelle stratégie réelle de Twitter ? La société n’est-elle que dans la réactivité ou sous la pression des investisseurs ? Seuls des entretiens avec l’équipe dirigeante pourraient un peu lever le voile (durant ma thèse j’avais fait plusieurs demandes d’entretiens… sans résultats). La plupart des modifications ne sont que des tests (ce qui est normal) et ne répondent surement à aucune volonté ou intention de contraindre les usages ou autres. Donc plus qu’une critique pour la critique, l’idée ici est, encore une fois, de souligner les modifications au fil du temps (en France principalement), ce qu’elles impliquent potentiellement pour les usagers, et qu’elles en seraient les possibles facteurs.

Mon hypothèse « centrale » est la suivante : la recherche d’investissements (et l’entrée en bourse) de Twitter amène ses dirigeants à reproduire les modèles classiques des plates-formes dominantes du web (captation de l’attention, mise en silos, orientation des usages, fermeture des accès, etc.). L’intérêt est alors de pouvoir observer cette « deux point zeroisation » en train de se faire. Voyons alors, ces diverses modifications, à partir de 2009, année où je suis donc devenu un « twittos » (très) actif…

 

Twitter et son modèle économique : attirer les entreprises, monétiser les usages

De 2006 (date de création) à 2008-9 Twitter se développe petit à petit et accroit sa base d’utilisateurs, autant que de business angels. Des utilisateurs, pour une grande partie professionnels du web, qui apparaissent déjà comme le meilleur vecteur de communication de la plate-forme.

Dès 2009, les entreprises commencent à voir leur intérêt à utiliser Twitter, suite à plusieurs « business case » angéliques comme Dell. Mais comme le souligne ce billet de blog à l’époque, Twitter n’a pas (encore) d’outils pour centraliser les statistiques, et l’accès à son API reste assez artisanal. L’auteur du blog de souligner que la suite logique serait « la possibilité de payer l’accès à une API des outils de statistiques »… Ou à l’API tout court, comme nous le verrons ensuite. L’arrivée de « personnalités » diverses (médias, web, politique, etc.) et l’humour parfois grinçant des primes utilisateurs autant que le plaisir de détourner certains profils, amène Twitter à proposer des « profils certifiés ». Cela rassure, et permet ainsi de crédibiliser en quelques sortes la plate-forme.

En 2010, Twitter propose les tweets sponsorisés. Cette étape dans la recherche d’un business model pré-suppose que la plate-forme possède déjà un ensemble de données suffisant sur ses usagers pour qualifier et identifier les bonnes « cibles ». La même année d’ailleurs, Twitter met en avant sur sa homepage les « trendig topics » : le hashtag étant un élément fort de la marque Twitter, le traitement en temps réel de l’information et « l’herméneutique de masse » offerts par la plate-forme étant ses principaux attraits, cette mise en avant de « ce qui fait la tendance » peut être vue comme un énième appel du pied pour attirer annonceurs et investisseurs. Qui plus est quand ces trending topics deviennent localisés, et qu’ils peuvent être aussi « sponsorisés ».

En 2011, lancement de l’application mobile « unifiée » (similaire pour n’importe quel OS mobile). Cette application répond à un besoin croissant des usagers, et à une adéquation au développement des usages mobiles. Mais elle apparait aussi pour moi comme un « laboratoire » pour tester de nouvelles fonctionnalités et usages… Tout en développant des techniques publicitaires.

En 2012, une « rumeur » (qui s’est avérée ne pas en être une) laisse entendre que Twitter serait prêt à « vendre » (par le biais d’une société tierce) ses archives et tweets. La même année, Twitter propose les « Twitter cards » dont le but est de favoriser le trafic vers des sites web. A minima, d’identifier clairement que ce trafic est en provenance de Twitter, ce qui est nécessaire pour démontrer l’efficacité de la plate-forme aux annonceurs.

En 2013, le Time souligne que la plate-forme vend des accès (et des données) via la société Datasift. En 2015, Twitter décide de vendre directement l’accès à ses données. En 2013, surtout, Twitter entre en bourse. Et ça se passe plutôt mal… Comme le souligne un investisseur « En fait, ce qu’on demande au réseau, c’est de continuer à croître ». Pour cela faut-il s’aligner sur les modèles dominants/existants ? Et est-ce que le fait de diriger les usages (« améliorer l’expérience utilisateur ») est un « mal nécessaire » pour attirer de nouveaux utilisateurs ? La même année Twitter se concentre d’ailleurs sur la vidéo et la TV : lancement d’un « service intitulé « TV ad targeting » qui «permet d’identifier les personnes en train de tweeter à propos d’un programme télévisuel au cours duquel est diffusé une annonce spécifique ».

En 2014, Twitter propose les vidéos promotionnelles insérées dans les tweets sponsorisés, mais aussi un système audio spécialement destiné aux industries culturelles et musicales. La même année, la plate-forme lance son propre outil d’analytics, et ses propres « métriques » comme les « impressions », dont le calcul reste plus ou moins obscure (voire un peu fantasque) mais qui ont pour principal atout de donner des points de repère aux annonceurs. Et donc de pouvoir mesurer (selon les propres règles de Twitter) un possible retour sur investissement. Cet outil apparait d’ailleurs après le rachat de Gnip, son partenaire dans l’analyse de données.

En 2015, la plate-forme propose un « ciblage comportemental » assez pointu à ses annonceurs. Puisque dans le même mouvement il propose d’être l’interlocuteur unique (et surement exigent) pour l’accès à ses données et à son firehose, il fait fructifier un peu plus son modèle basé sur le traitement des données pour le ciblage publicitaire (comme toutes les autres plates-formes en définitive).

Le « modèle économique » de Twitter semble donc s’orienter vers un traitement « clé en main » des données pour les annonceurs. Des données utilisateurs et des traces d’usage qui sont, bien entendu, la clef de voute d’une possible solidité financière. Mais des données qui ne sont intéressantes que si de nombreux usagers les égrainent, et que ces dits usagers ne passent pas par d’autres applications.

 

Twitter, son « écosystème », les applications tierces, et le traitement de l’information

Comme précisé en introduction, Twitter s’est construit comme un système ouvert permettant à une myriade d’applications tierces de se développer : clients Twitter (Hootsuite, etc.), moteurs de recherche, outils statistiques, etc. Ce qui, de mon point de vue, a généré un fort intérêt, notamment pour les professionnels de l’information-communication-marketing (milieu que je connais le mieux). Comme toutes les entreprises du numérique qui grossissent, Twitter a procédé à de nombreux rachats (certains mis en avant dans la partie précédente, d’autres bien documentés dans la page Wikipédia dédiée).

Jusqu’en 2009, la plupart des fonctionnalités proposées visaient à favoriser le traitement de l’information (qui est le « moteur » de la plate-forme). Avec, par exemple, la possibilité donnée en 2009 de faire des listes de contacts.

En 2010, la plate-forme lance le bouton intégrable sur des sites tiers. Twitter développe ainsi un lien direct avec les sites et capte certaines de leurs données. Il développe au passage un peu plus sa « marque » par l’apparition de ses boutons aux logos de la plate-forme.

En 2011, Twitter et Google mettent fin à leur partenariat : les tweets n’apparaissent plus dans les résultats du moteur (enfin si, mais non, dans tous les cas de manière aléatoire). En 2015, les tweets réapparaissent dans les SERP du moteur. Les tweets sont ainsi des « résultats comme les autres » : pour Twitter cela renforce son importance comme plate-forme où du « contenu » de qualité est présent (tout en lui apportant de la visibilité et de l’audience), et pour Google ce partenariat pourrait supposément répondre à la possible fin du développement de l’AuthorRank et de l’intégration de Google+ dans ses résultats (mais ce ne sont que des suppositions). La même année, Twitter rachète le client Tweetdeck et l’outil de recherche de tweet Backtype. En 2013, Twitter annonce la fin du support de Tweetdeck pour mobile (au profit de son application). Backtype a lui aussi disparu (je ne retrouve pas pour l’instant la date exact).

En 2012, la plate-forme décide de restreindre son API, amenant la fermeture de nombreuses applications tierces. Personnellement, ce changement dans les règles d’accès aux données m’a poussé lors de mes recherches à accentuer l’importance d’une infomédiation sociale pour collecter de l’information (mais c’est une autre histoire). Toujours en 2012, Twitter signale la disparition prochaine (effective en 2013) des flux RSS de son dispositif. Les possibilités de collecter de l’information sans compte Twitter, ou en passant par une application tierce, et surtout sans payer directement l’accès aux données, s’amoindrissent. Même si en 2014 Twitter affine les requêtes de recherche sur son moteur interne, et supprime la limite de recherche de 5 jours pour donner à accès à l’ensemble (?) de son historique, son « écosystème » se referme sur lui-même. De même, en 2012, Twitter (à la suite de Facebook) offre à ses usagers la possibilité de télécharger leurs historiques/archives. En 2012 encore, Twitter propose d’intégrer les photos dans les tweets. Il incite même les entreprises à s’appuyer sur ce levier pour « générer de l’engagement ». La possibilité de mettre des photos dans les tweets répond surement à l’arrivée de nouveaux publics sur Twitter. En 2011, je notais d’ailleurs que les adolescents (en France) étaient de plus en plus présents, avec des usages différents de certains « early adopters », et que la plate-forme allait surement s’adapter… La photo comme réponse ? En 2012, les photos apparaissent directement dans les messages, et en 2014 Twitter supprime Twitpic : les images/photos sont ainsi stockées sur la plate-forme, où on peut d’ailleurs les taguer. La plate-forme développe ainsi sa base de données d’images, à la fois utile pour attirer l’attention et de nouveaux utilisateurs, et pour améliorer certains services voire en développer de nouveaux à l’instar du « Deepface » de Facebook. Le fait de taguer les photos n’est par ailleurs pas anodin. Pour Twitter, « tagging people in a picture makes conversations around photos fun and easy »… Et surtout, cela facilite l’identification des comptes, leur classement… puis leur recommandation. Notons qu’en 2014 toujours, il devient possible d’ajouter des GIF animés. En 2015, pour s’assurer de limiter les pertes dans la captation des photos, Twitter empêche les photos/images en provenance d’Instagram d’apparaitre dans les tweets.

En 2013, twitter lance Vine (racheté en 2012), son application vidéo, pour les utilisateurs de la version mobile.

En 2015 Twitter lance son propre outil de « curation ». Puis annonce ensuite réguler (voire couper) l’accès à des applications externes (surtout celles proposant les mêmes fonctionnalités). En particulier destiné aux médias, cet outil serait-il annonciateur de nouveaux dispositifs visant à concentrer les l’attention, et les clics, sur une plate-forme « maitrisée » par la plate-forme ? Toujours en 2015, Twitter rachète Periscope pour le live stream sur sa plate-forme. Là aussi, une fonctionnalité qui intéresse spécifiquement les médias comme les politiques. Bien entendu, Twitter limite fortement la marge de manœuvre de son principal concurrent Meerkat. Enfin, la même année, les utilisateurs de l’application mobile se voient proposés un navigateur Twitter : plus besoin de sortir de l’application pour consulter une page web. L’usager reste ainsi captif, et de nombreuses traces d’usages sont ainsi collectées. Il passe par ailleurs un partenariat avec Foursquare pour la géolocalisation des tweets.

En rachetant des applications tierces, puis en les supprimant ou en les intégrant, en empêchant un accès externe à ses données, en centralisant les modes de stockage des images, etc. Twitter s’est ainsi transformé d’années en années en un silo : pour utiliser Twitter, il faut passer par Twitter ou par les applications autorisées. Les quelques partenariats s’effectuent avec les « géants du web » tels Google, mais restent sujets à de nombreuses interrogations quant à un possible objectif commun. Le fait que Twitter décide de fermer en partie l’accès à ses données en 2015 n’est pas sans questionner les chercheurs qui travaillent par/sur la plate-forme. Comme Facebook le fait si bien, devra-t-on bientôt être « partenaires » de Twitter pour accéder aux données ? D’un point de vue méthodologique (comment vérifier un jeu de données utilisé par un(e) collègue si l’on ne peut pas y accéder par exemple ?) voire éthique (quelles conditions dans le cadre d’un partenariat) les questions restent entières…

 

Twitter, ses publics et ses usages : accompagner les nouveaux arrivés et contraindre les autres ?

Comme je l’ai souligné plusieurs fois, le public de Twitter semble assez hétérogène d’un point de vue des objectifs d’utilisation : collecte et diffusion d’information, conversation, suivit d’événements, commentaires télévisuels ou autres, etc. Moins au niveau des CSP par exemple (en France tout du moins). Si la plate-forme semble s’être adaptée à ses débuts aux différents usages (l’exemple des retweets est assez intéressant –cf. infra), l’ajout/suppression constant de nouvelles fonctionnalités peut poser questions : ses ajouts sont-ils le fait de l’accroissement d’utilisateurs (284 millions actifs/mensuels) ? D’une recherche de monétisation des usages ? De questions principalement techniques pour gérer les 500 millions de tweets diffusés chaque jour ? L’articulation des trois possibilités semble la plus probable. Encore une fois, je ne pense pas à une réponse absolue. Mais documenter ces changements peut nous éclairer et fournir des pistes de réponses.

En 2010 apparait en France le bouton « retweet » (en 2009 aux US). Là où le « RT » ou le « via » était un moyen de signalement et de reproduction du message d’un autre, l’automatisation de cette action offre à Twitter plusieurs avantages : une recommandation directe de comptes à suivre (puisqu’ils apparaissent dans la timeline), une manière plus efficace de mesurer la « portée » d’un message et les interactions qui en découlent, un moyen de recentrer et développer la conversation (on peut discuter directement avec l’émetteur du message, sans même le suivre), ou encore la possibilité de produire plus facilement des graphes des liens entres usagers. Pour l’usager que je suis, le fait de ne pouvoir ajouter directement des commentaires m’est apparu comme regrettable. Mais globalement, cela permet une écologie cognitive (juste cliquer sur un bouton) autant que la possibilité de (re)produire rapidement du contenu sur la plate-forme. Là où, sur l’interface web, il était devenu impossible de « retweeter à l’ancienne » (avec un RT), Twitter vient en 2015 de changer la donne. Il est maintenant possible d’ajouter un commentaire au tweet que l’on relai, sans « altérer » le message original. En proposant cela, Twitter « encapsule » les interactions avec le message, ce qui doit de prime abord faciliter la collecte de données pour son analytics. De plus, cela permet de produire une architecture conversationnelle plus structurante dans un cadre prescriptif, et doit simplifier au niveau de son infrastructure la gestion des retweets. La même année, 2010, les « hovercards » apparaissent : il suffit de survoler un profil pour en voir les principaux attributs (nom, biographie, etc.). Encore une fois, tout est fait pour simplifier l’usage, la recherche de nouveaux contacts, et ce dans l’objectif d’attirer de nouveaux usagers moins aguerris (i.e. « améliorer l’expérience utilisateur »). Condition nécessaire donc pour attirer aussi de nouveaux investisseurs.

En 2011, les médias français et les journalistes commencent à se focaliser (de manière massive) sur la plate-forme selon Erwan Gaucher qui le souligne sur son blog. Peut-être avec « l’affaire DSK » (médiatisée par un Tweet) mais aussi par des événements à plus forte résonance internationale comme le « Printemps arabe » (débuté en décembre 2010). Cette année-là, Twitter va par ailleurs doubler son volume d’utilisateurs inscrits (comme en 2010). Entre autres choses, la plate-forme développe les onglets « utilisateurs » (maintenant « notifications ») et « activité » (aujourd’hui disparu). L’onglet notifications vise à identifier toutes les formes d’interactions entre un utilisateur et ses abonnés. Cela permet de renforcer l’intérêt pour la plate-forme (si personne n’interagit, alors à quoi bon ?), autant que les interactions, tout en proposant des filtres (par mentions des « gens que vous suivez » par exemple) pour les usagers les plus actifs.

En 2012, de nombreuses fonctionnalités sont ajoutées. Par exemple, l’onglet « découvrir » qui regroupe les recommandations de comptes, les trending topics, ou encore les comptes populaires. Ces fonctionnalités, nécessaires pour permettre aux nouveaux usagers (toujours plus nombreux à l’époque) de mieux s’approprier la plate-forme et d’éveiller leur intérêt, n’existent plus aujourd’hui. Est-ce à dire qu’en 2015 il y a moins d’utilisateurs (ce qui est le cas) et que seuls les plus « anciens » sont encore actifs ? Ou que ces fonctionnalités n’étaient pas utilisées, et surtout qu’il y avait nécessité de simplifier l’interface (ce qui est fort possible dans les deux cas) ? Ou alors, que Twitter va automatiser ces fonctionnalités ? Comme nous le verrons ensuite, Twitter est effectivement en train d’automatiser ce qui relevait en 2012 de l’usage. La même année, Twitter propose l’envoi par mail d’un résumé de la semaine (les « meilleurs tweets » qui sont sélectionnés en fonction de leurs volumes d’interactions). Surement dans une optique de fidélisation, et dans tous les cas en automatisant les résultats accessibles dans le fameux onglet « Découvrir ». Dans la même lignée, il devient possible d’envoyer les tweets par mail. Enfin, en 2012, pour diminuer toute possible surcharge cognitive, et mettre en avant ce qui fait le cœur de son attractivité (l’information plus que la conversation), Twitter supprime les « reply » des profils publics. L’intérêt n’est plus de lire les échanges entre un utilisateur et ses contacts, mais de pouvoir accéder rapidement à ce que l’utilisateur en question tweet.

En 2013, Twitter interdit le « mass following » qu’il associe à du spam. Comme toutes les autres plates-formes avant lui, il limite les possibilités de « jouer » (à bon ou mauvais escient) avec sa plate-forme. Cela permet entre autre de fournir des mesures non-biaisées (utilisateurs actifs, identification « d’influenceurs », live tweets et trending topics sans spam) et de rassurer l’annonceur. En 2012, les patrons de Twitter s’interrogeaient d’ailleurs sur la possibilité de supprimer les compteurs d’abonnés sur les profils pour éviter toute course aux abonnés.

En 2014, Twitter propose un nouveau design des profils : les « meilleurs tweets » (i.e. qui génèrent le plus d’interactions) apparaissent en plus gros, il est possible « d’épingler » un tweet sur son profil, ou encore de filtrer les tweets et leurs réponses. Du côté des utilisateurs, il est possible de partager un tweet via la messagerie, d’ajouter des émoticônes, de sélectionner ses comptes favoris et ainsi de produire une timeline « automatisée », ou à l’inverse de masquer (bouton « mute ») les tweets en provenance de comptes que l’on suit sans pour autant les bloquer. Ces modifications m’apparaissent comme tournées vers la conversation, voire comme un préalable à un possible algorithme comme le Edgerank de Facebook : je peux développer du lien social, sans pour autant être constamment exposé aux propos/messages des individus/profils de mon réseau. Dans cette lignée, et toujours pour générer du lien, Twitter expérimente l’apparition sur la timeline de messages de profils que l’on ne suit pas : “Testing indicated that most people enjoy seeing Tweets from accounts they may not follow, based on signals such as activity from accounts you do follow, the popularity of the Tweets, and how people in your network interact with them”. Notez bien « l’activité de comptes que vous devez suivre »… Pour les utilisateurs de l’application mobile, des « notifications sur mesure » sont proposées (mais sur « quelle mesure », cela reste obscure).

En 2015, Twitter propose d’insérer des métriques/statistiques directement dans les tweets. Comme pour les notifications et le développement par exemple du bouton « favoris » (à la fois outil de bookmarking côté plate-forme et équivalent du « like » de Facebook côté usage), cette fonctionnalité permet entre autre de « fidéliser » un peu plus l’usager : ce que je dis est vraiment « lu », je ne suis pas tout seul sur cette plate-forme. Toujours dans une idée de faciliter la conversation après avoir réduit les possibilités de traitement de l’information, Twitter propose les discussions de groupe via message privé (concurrençant ainsi directement Facebook messenger, Whatsapp, et autres). Il propose par ailleurs la fonctionnalité « quand vous étiez absent » qui se substitue en quelques sortes au mail du résumé de la semaine.

Enfin, et je m’arrêterai là, Twitter a confié à Techcrunch développer un « quality filter » (pour l’instant sur l’application mobile iOS) pour supprimer des timelines les messages offensant ou qui ne sont pas en provenance de compte certifiés. Avec les nombreuses rumeurs quant à un possible algorithme de filtre des tweets, et les réactions engendrées par les usagers « historiques » (et souvent très visibles sur la plate-forme), on comprend mieux que la société prenne des pincettes après toute annonce d’ingérence automatisée. Mais bon, cela n’empêche pas Twitter de tester une « instant timeline » :

Twitter analyzes your contacts and uses information like who they are and who they follow on Twitter to guess which accounts and topics might interest you. It then shows you those tweets in your feed. So if your friends are foodies, you will see items about recipes and food trends. If they are football lovers or fans of Ellen DeGeneres, you will see National Football League video highlights and tweets from comic actors.

Pourtant, et si cette automatisation suit le modèle de Facebook, rien ne prouve que les usagers y voient quelque chose à redire à terme

 

Au final : Twitter est toujours à la recherche d’une meilleure insertion dans l’économie de l’attention

J’aurais pu continuer sur des pages et des pages à lister les fonctionnalités existantes ou disparues, les rebondissements financiers, les rumeurs et possibles modifications à venir… Au-delà d’une mise au propre de mes notes sur le sujet, et d’une volonté de documenter un peu les évolutions de cette plate-forme sans être encyclopédique, c’est l’apparition d’un possible modèle qui m’intéresse. On pourra toujours m’objecter que Twitter a toujours été « 2.0 » et que je me suis bercé d’illusions… Mais pour ma part, l’intérêt informationnel de cette plate-forme m’a toujours paru prépondérant à son usage conversationnel.

Car je n’emploie pas par défaut le terme de « plate-forme ». Ce modèle prôné haut et fort par les promoteurs d’un « web 2.0 » semble être le moyen principal de générer des externalités financières dans la « nouvelle économie du numérique ». Si ce n’est déjà fait, il serait intéressant de faire un comparatif du même type avec des plates-formes (quasi)disparues comme Myspace, une autre dominante comme Facebook, et une en devenir comme Snapchat. Est-ce par mimétisme, par une pression financière, par des traits « culturels » communs liés à la Silicon Valley (hypothèse ô combien Morozovienne), car ce n’est au final que le seul moyen de produire un business model viable… ?

Dans tous les cas, et en partant de cette petite chronologie, voici un proto-modèle du développement de Twitter :

  • Proposer des fonctionnalités relativement inédites
  • Laisser les usages se développer
  • Accompagner les usages les plus présents par des interfaces visant à capter des données et des traces
  • Restreindre les possibilités d’externaliser ces usages ou de développer des pratiques « déviantes »
  • Réduire les usages en les automatisant pour mieux orienter l’attention vers des contenus publicitaires
  • Développer ou racheter des applications pour développer de nouvelles pratiques
  • Automatiser et encadrer ces nouvelles pratiques, etc.

Comme je l’expliquais de manière imagée récemment à des étudiants, qui constataient que Snapchat semblait suivre le même parcours que Twitter, on peut résumer ce « modèle » comme suit : la plate-forme vous regarde faire, puis elle vous prend par la main, puis elle regarde par-dessus votre épaule, puis elle vous prend par les épaules, puis elle guide votre main… Certes, cela est (très) schématique mais l’idée me semble là (et je suis pour toute remarque/critique en commentaire là-dessus :-)).

La question de la « boite noire » reste entière (surtout sur la manière dont elle va se déployer). Mais au vu des développements passés et actuels, Twitter comme un silo de plus (au fonctionnement obscure) dans le paysage du web, n’est pas à exclure…


Une réflexion au sujet de « Comment Twitter est devenu 2.0 : chronologie d’une « boite noire » annoncée ? »

  1. Ping : Comment Twitter est devenu 2.0 : chronologie d&...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *