Médias sociaux et (e)réputation : sensibiliser sans moraliser ?

Depuis quelques années on m’invite souvent à intervenir pour parler des médias sociaux, de la présence numérique de chacun, etc. Et puisque l’un de mes sujets d’intérêt est la réputation, les demandes que je reçois s’orientent souvent vers des problématiques assez anxiogènes : comment ne pas avoir une mauvaise e-réputation ? Comment éviter que mon enfant/étudiant/salarié s’expose aux autres de manière « peu acceptable », etc. ? Mais comment ne pas traiter de ces sujets sans tomber dans le « Internet est un danger », et plus largement dans des approches « moralistes » où il y aurait un « bon ou un mauvais usage » des dispositifs sociotechniques comme les « médias sociaux » ?

Je ne pense pas avoir trouvé la réponse absolue et encore moins parfaite, mais dans le cadre d’un cours (3h) j’ai produit la présentation ci-dessous… Pour un peu de mise en contexte, il s’agit d’une demande de la part d’une école de formation aux soins infirmiers : un public de « jeunes » étudiants (20 ans en moyenne), et dont les questions liées au numérique sont peu abordées durant leur cursus. Mais voilà, certain(e)s d’entre eux ont parfois eu tendance, durant leurs stages, à parler nominativement des patients sur Facebook ou ailleurs. Ce qui, au-delà des questions légales que cela sous-tend, est préjudiciable pour les institutions les ayant accueillies en stage, autant que pour leur futur professionnel.

J’ai donc essayé –et j’insiste sur « essayer », je suis preneur de toute remarque/critique/piste d’amélioration en commentaire- de les « sensibiliser », sans pour autant entrer dans « attention danger », « ne faites pas ci ou ça », « vous jouez votre carrière maintenant », « avez-vous pensé à votre futur, jeunes gens inconscients », etc. Bref, des propos que l’on retrouve très souvent, comme je le discute ci-dessous.

 

La (e)réputation : seulement une question de morale ?

Lorsqu’il traite de la réputation au XVIIIe siècle, Adam Smith la relie à une question morale : nous sommes jugés en fonction de nos actions, et cette évaluation à pour « étalon » la bonne morale ou les bonnes mœurs.

Comme je le souligne souvent dans mes travaux, l’idée qu’il y aurait une bonne réputation est fortement présente dans les écrits que l’on trouve sur le web ou ailleurs. Au-delà du fait qu’il n’y a pas, de mon point de vue, une norme de la vie en société numérique (sauf peut-être au niveau des dispositifs eux-mêmes –j’y viens ensuite), il n’y a quoi qu’il arrive pas une, mais des réputations, en fonction des groupes sociaux, des évolutions temporelles, des contextes, etc. Qui plus est sur le web où chaque plate-forme (comme Google) développe ses propres processus de quantification et de gouvernance de la réputation.

Pour autant, le sens commun semble associer la réputation à une image globale, accessible à tous de manière homogène, et dont la mémoire fluctuante du web ne ferait que renforcer l’idée que l’on n’a pas le droit à l’erreur. Et les différentes lois actuelles sur le déréférencement, qui mélangent la notion de notoriété (être connu) à celle de célébrité (être connu par un grand nombre d’inconnus), ne font que renforcer ces idées (sans pour autant être totalement négatives ou inutiles –mais c’est un autre débat).

Enfin… Quand j’écris « le sens commun », ce serait oublier les nombreuses entreprises qui savent profiter de ce qui semble apparemment évident : prestataires en nettoyage de réputation, ou encore des compagnies d’assurances comme la MAE qui vient de proposer récemment une assurance e-réputation pour les enfants.

Et même la ville de Paris, dont le test « soyez net sur le net » mélange sensibilisation à de potentiels risques, à des attitudes ou usages qu’il faudrait avoir. Et c’est ça qui, personnellement, me pose problème : qui sommes-nous (même en étant enseignant) pour dire ce qui doit être fait ou non ? En quoi le fait de poster telle ou telle photo en 2015 pourrait être néfaste en 2025 ? D’une part, je ne le sais pas (et je mets au défi quiconque de le prévoir) et d’autre part j’emmétrai moi-même un jugement à partir de mes propres présupposés, de ma vision du monde qui, je l’espère pour eux, n’est pas celle d’étudiants d’à peine 20 ans. Pour autant, doit on comme Serge Tisseron dire « tant pis pour elle » si une jeune femme comme Jennifer Laurence voit le compte de son petit-ami piraté et des photos d’elle nue se diffuser sur le web ? Encore une fois, je ne pense pas, et il me semble que la question n’est pas dans ce qu’il faut interdire ou non. Mais plutôt, ce qu’il faut comprendre ou non. Et ce, donc, en déconstruisant au passage un « concept » devenu ordinaire, l’e-réputation.

En bref, comme Tisseron dans cette interview, je pense qu’il faut « éduquer » au web, mais pas (contrairement à lui) qu’à ses dangers. Éclairer sur les mécanismes qui régissent le fonctionnement de celui-ci est plus important que seulement pointer les risques. J’ai souvent tendance à prendre l’exemple (à tort ou à raison) d’une voiture : on doit dire aux conducteurs de ne pas boire, mais pour autant mieux vaut qu’ils comprennent aussi comment fonctionne ladite voiture, et les risques inhérents à une conduite alcoolisée.

(Re)bref, ce que j’essaye de faire au travers de ces slides de conférence.

 

Code is law : personne ne doit ignorer la loi

 Ainsi que je l’exposais sur mon ancien blog, plus qu’un droit à l’oubli il me semble qu’un « droit au calcul » serait plus pertinent. Comme l’expliquait Lawrence Lessig, le web se régule/est régulé par quatre éléments : la loi, les normes, le marché et l’architecture des applications (le code informatique). Pour la e-réputation, trois de ces aspects sont déjà bien développés (ou en voie) : la loi (diffamation, usurpation, déréférencement, etc.), les normes (un comité ISO y travaille, spécifiquement sur les faux commentaires, la confiance en ligne, etc.), et le marché (prestataires, plates-formes, etc.). Pour le code informatique, la question reste plus vague. Ou plutôt, la question se heurte systématiquement à des boites noires.

Alors que le web est devenu un médium ordinaire pour communiquer ou autre, la manière dont sont construits et dont fonctionnent les systèmes qui les régissent est encore peu abordée (voire pas) par l’école ou les universités. Et, pour les étudiants que je rencontre, à quelques exceptions, non-plus. Pourtant, il me semble que c’est là que se trouve le véritable levier pour sensibiliser sans effrayer, moraliser ou reporter la question sur l’internaute seul et ses usages.

En parlant de « l’ordinaire », et pour continuer dans la lignée de Certeau, le braconnage n’est possible qu’en intégrant les logiques à la fois techniques (pas seulement l’apprentissage du code informatique) et économiques propres au web et à ses médias dits sociaux. Car les étudiants à qui je fais cette présentation se posent de nombreuses questions (comme : pourquoi sur Facebook je ne vois pas tous les statuts de mes amis, et quels sont les critères ?), ils sont au fait des potentiels risques à dévoiler leur intimité, et pour la plupart ont déjà trouvé certaines solutions à des problématiques quotidiennes, comme les bloqueurs de pubs. Alors plutôt que leur dire quoi faire, pourquoi ne pas les laisser libres de décider ce qu’ils peuvent faire en fonction des contraintes d’usage qu’imposent les plates-formes, et les formes de sociabilités qui leurs sont propres ? Qui plus est si l’on présume de ce qu’ils font, là où certains usages méritent constamment d’être réinterrogés.

Voilà pour la petite réflexion qui m’a permis de tracer les grandes lignes de ce cours. Je vais encore le faire évoluer cette année. Peut-être que je focalise trop sur les dispositifs, et pas assez sur les usages, ou autre… Je suis donc preneur de toute remarque !


3 réflexions au sujet de « Médias sociaux et (e)réputation : sensibiliser sans moraliser ? »

  1. Ping : E.M.I. | Pearltrees

  2. Bonjour Camille,

    Je travaille dans un espace de coworking situé à Petit Quevilly (www.cantine.nwx.fr) et je suis intéressée pour organiser un événement dont le thème serait la e-réputation.
    Le public est principalement des startups et entreprises issus de Seine Innopolis.

    Seriez-vous intéresser pour intervenir sur ce sujet ? Revenir rapidement sur les fondements, apporter des conseils aux startups et expliquer comment allier sa e-réputation personnelle et professionnelle.
    Le format serait : 1h30 de discussion/échange.

    Si l’idée vous séduit, n’hésitez pas à me contacter via mail : cantine@nwx.fr ou par téléphone au 02 52 60 02 38.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *