La « fausse information » : une fausse question ?

Pixabay – geralt / CCO

« Le contenu informationnel d’un fait ou d’une situation est une proposition vraie (dès lors que la relation informationnelle est la converse d’une relation systématique entre des faits ou des situations)[1] ». Mais dans une ère dite de la « post vérité » ou de « fausse actualité » peut-on alors parler de « fausse information » ? Si le fait rapporter n’est pas vrai, est-ce encore de l’information ? Ou doit-on s’interroger sur la situation dans laquelle le fait (vrai ou pas) est rapporté ? Plus qu’un nécessaire rappel sémantique, revenir sur la nature de l’information permet d’interroger et d’observer différemment les phénomènes de désinformation que l’on englobe trop rapidement sous l’idée (très vendeuse) de « post vérité ». Voici quelques réflexions un peu « brut » sur ces questions.

L’impact des « fausses informations » sur les élections présidentielles américaines, et sur celles en cours dans notre pays, est un sujet qui fait l’actualité et qui amène déjà à la production d’études. Des chercheurs de Stanford démontrent que les « fausses informations » ont peu d’effet sur les électeurs américains. Cette étude –très intéressante dans l’absolu- se base sur un questionnaire où les répondants ont été exposés à des informations « fausses » ou « vraies »… en dehors du contexte où elles ont circulées et ont été reçues. Cet autre article, qui s’intéresse à l’audience (principalement issue de Facebook) générée par les « fausses informations », le souligne d’emblée : il est difficile de définir ce qu’est une « fausse information » (ou actualité). Là est le point que je souhaite développer ici : il me parait essentiel de définir les contours de « l’objet » que l’on souhaite étudier, et cela en fonction des acteurs qui en font l’usage. Ici, cet objet est l’information (tant est que qu’elle en soit un). Une notion employée de manière ordinaire pas tout un chacun, mais dont l’étude suppose de ne pas seulement s’interroger sur « est-elle vraie ou pas ? ».

Les initiatives de « fact checking » (plugin, livrets, projets) se multiplient. Les plates-formes web n’étant aussi pas en reste. Si ces initiatives sont critiquées, une éducation à l’information, au numérique et aux médias est essentielle. Mais pour autant, que vérifie-t-on ? Le fait contenu dans une information ? Mais est-ce réellement la nature d’un fait qui influe sur nos représentations ? Ou la manière dont celui-ci nous est transmis ? Partant du postulat que le fait doit nécessairement être vérifié mais que c’est son mode de transmission qui nécessite d’être interrogé, voyons pourquoi analyser voire combattre la « fausse information » ne peut pas seulement se concentrer sur les « faits ».

 

L’information n’est pas (qu)une question de vérité ?

 In-former, c’est mettre en forme : un fait, un renseignement, une expérience, une sensation… Et cela afin de les porter à la connaissance d’un autre individu ou d’un public. Comme le met en avant Anne Mayère[2] :

« L’information n’existe pas « en soi » : c’est un processus engageant activement son « récepteur » qui en est ainsi le coproducteur. L’information acquiert une signification, devient « informationnelle » dans ce processus qui lie étroitement un traitement et son résultat ».

Une information est le produit d’un processus qui implique à la fois un traitement « cognitif » (récepteur) et aussi, dans ce qui nous intéresse, un traitement produit par des acteurs. Car « le traitement de l’information est aussi celui d’une « information sur l’information » qui lui est associée et qui concerne la décidabilité de l’information ». Cette « méta-information » est produite par la circulation de l’information, et elle produit à son tour du contexte. Sur le web, cette circulation, cette mise en contexte, cet ajout d’information sur l’information est rendu possible par les fonctionnalités et plus largement le design des dispositifs que nous utilisons quotidiennement : commentaires, likes, « identité numérique », etc. Nous y reviendrons par la suite.

Dans son article intitulé « Au juste, qu’est-ce que l’information ? »[3] Louis Quéré caractérise la notion d’information selon une approche qu’il qualifie de naturaliste. Il y met ainsi en exergue que :

« L’information véhiculée par un fait ou une situation est relative à une contrainte (une loi, une dépendance nomique, une convention…) (…) ce n’est donc pas en raison de ses propriétés intrinsèques qu’un fait peut contenir une information ».

Un fait peut nécessiter un traitement spécifique pour y « extraire » de l’information. Le fact checking est à titre d’exemple une forme de traitement. Mais aussi, un fait qui ne serait pas « vrai » peut contenir aussi une information qui va, par exemple, amener à débat et participer à la construction d’opinions. D’où, là encore l’intérêt du fact checking, qui plus est dans un contexte électoral.

« L’information véhiculée par un support est différente de l’information transmise (…). L’information transmise dépend de la « réserve de connaissances » du récepteur, tandis que l’information véhiculée ne dépend que du fait d’être accordé aux contraintes d’un environnement ou d’être à l’unisson avec elles ».

Les plates-formes web véhiculent une information et permettent sa transmission, mais seule la réserve de connaissance d’un individu lui permet de l’interpréter. Cette tension, entre ce qui est véhiculé et ce qui est interprété, incite à ne pas penser un possible traitement « neutre » d’une même information.

« Une seule et même information peut être codée de différentes façons ».

Et le terme « codage » prend une dimension particulière lorsque l’on s’intéresse à un support numérique.

L’information circule et se transmet, l’information suppose différentes formes d’interprétations, elle est dépendante du contexte qui la véhicule autant que de la manière dont le fait ou l’événement sont mis en forme (codés). Mettre  en forme suppose donc à la fois un regard spécifique, des méthodes et des choix dans le codage, dans la transmission, et de fait une information n’est jamais « neutre ». Cet aspect revient souvent à s’interroger sur l’autorité informationnelle d’un émetteur, soit les différents processus qui légitiment sa capacité à in-former, à donner forme à un renseignement, un fait, etc. Mais sur le web, les mécanismes produisant de l’autorité ont changés, ils ne se référent plus à « l’ordre imprimé », et l’on comprend alors que la légitimité des acteurs médiatiques habituels (journalistes en tête) puisse être remise en question (sans pour autant justifier cette remise en question).

Au final, toujours selon Quéré, « on perçoit ainsi à quel point la valeur informative d’un message dépend des connaissances (toujours changeantes), des attitudes propositionnelles et des attentes du récepteur ». S’interroger ou remettre en question seulement la nature même du fait dans une information ne permet pas de comprendre les effets de cette information sur le récepteur, la valeur qu’il lui accorde, la manière dont il va en faire l’usage (pour décider, discuter, la transmettre, etc.). Surtout, cela ne permet pas de qualifier de manière absolue une information de vraie ou fausse, puisque sa réception sera toujours négociée par l’individu (qui peut y voir une information autre que le mensonge rapporté) voire, pour produire de l’opinion, discutée dans les groupes sociaux au sein desquels il évolue.

 

Produire de la « fausse information » ?

Cette précédente approche nous place du côté du récepteur de l’information. Mais pour autant, porter à la connaissance d’autrui des faits non avérés ne répond pas forcément à une intentionnalité. Autrement dit, on peut de toute bonne foi produire une nouvelle information à partir d’une autre qui s’appuie sur un événement non-existant.

C’est le principe même de la rumeur : on peut la relayer, la discuter, sans pour autant avoir l’intention de propager quelque chose de faux. La rumeur est par ailleurs un mécanisme de circulation, autant qu’un fait social qui ne se limite pas là-aussi à la nature de ce qui est mis en circulation.

Si intention il y a, alors on peut parler de « désinformation ». Désinformer consiste à rapporter autrement un fait, à produire une information sur l’information existante afin de changer son niveau d’interprétation. Comme le soulignait –de manière cynique- un de mes enseignants à l’époque : mentir c’est tricher, omettre c’est ruser. La désinformation, comme la rumeur qui peut l’appuyer d’ailleurs, consiste plus généralement à omettre volontairement certains aspects, ou à l’inverse à insister sur d’autres, qu’a en inventer de toute pièce. Quand un homme politique ne rapporte pas des faits « réels », il se base néanmoins sur une situation qui existe, c’est la manière dont il va ré-interpréter cette situation à l’aune de ses propres intérêts et objectifs qui vont amener à désinformer. Ou inversement : la situation est fictive, mais il y raccroche des faits ou des événements qui vont crédibiliser cette situation. Ce qui n’empêche jamais le mensonge éhonté et le faux, bien entendu.  Enfin, la propagande est là encore un mécanisme spécifique de propagation massive d’une idée ou d’une opinion… Il me semble important de bien nommer les choses, afin d’appréhender les mécanismes de production et de circulation de l’information. Et éventuellement l’effet attendu de celle-ci, et son effet réel.

 

Le design et fonctionnalités des plates-formes pour produire du contexte

L’information se fixe sur un support (le document) qui la véhicule, mais qui participe aussi à sa mise en forme, et surtout en contexte. Dans nos travaux sur les affects avec Julien Pierre (et surtout les siens) nous nous intéressons à la manière dont le design et les fonctionnalités des plates-formes permettent de faire circuler des affects, de « grammatiser » des émotions. Mais avant toute chose, le design et l’architecture des plates-formes visent à transformer les données en information, puis faire circuler ces informations.

Il est nécessaire de souligner que ces dispositifs (comme Facebook) peuvent être vue, par le bais des affordances qu’ils produisent, comme ce que Norman[4] nomme des « artefacts cognitifs ». En substance, leur usage transforme peu à peu la manière dont nous traitons l’information, ils influent sur la manière dont nous allons la consommer.

Ainsi, une plate-forme comme Facebook propose de nombreuses fonctionnalités visant à mettre en forme des faits ou événements (de manière basique, la possibilité d’écrire un post), mais aussi à produire de l’information sur l’information : commentaires, emoji, likes, images, etc. Cette plate-forme reposant sur un principe de prescription, comme de nombreuses autres, une grande partie des fonctionnalités proposées sont là pour favoriser la circulation des informations et des attributs qui les accompagnent, comme le bouton de partage. Mais si un fait circule sans une mise en contexte personnalisée, et surtout sans le contexte produit par nos graphes relationnels, pourrait-il attirer notre attention de la même manière ? Arrive alors l’importance d’ajouter à ces faits l’opinion de ses « amis », ou d’individus qui nous ressemblent.

L’opinion n’est ni vraie, ni fausse. C’est un jugement qui est publicisé et qui se construit par la discussion. Quand Facebook permet d’ajouter à un « live » des commentaires et des emoji, il transforme une opinion en une information… sur l’information diffusée. C’est du contexte qui est produit. Et ce contexte est central pour une plate-forme comme Facebook, c’est par lui qu’il est possible de mesurer l’effet d’une publication et ainsi de décider à qui la montrer, quand, comment, etc.

Je trouve alors assez paradoxal de demander à Facebook d’empêcher la diffusion de « fausses informations » là où l’un des buts centraux de Facebook est de produire et de faire circuler de l’information, de mettre en forme, en contexte et en mouvement les expressions de ses usagers. Sauf à considérer que ce « fact checking » est un levier de plus pour attirer des usagers et favoriser certains objectifs (de gouvernance ou commerciaux) ? Ou que comme le dit Mark Zuckerberg, Facebook se sent réellement en partie responsable de ces phénomènes de désinformation ?

 

Les plates-formes web à la recherche de la vérité…

En 2015, LinkedIn rachète un brevet pour vérifier la véracité des informations inscrites dans les CV de ses usagers. L’idée globale est de recouper les informations avec d’autres présentes sur des sources diverses. La même année, des chercheurs de Google mettent en ligne un article scientifique où ils proposent une méthode pour évaluer la fiabilité d’une source web, et la « vérité » des informations qu’elle produit. Donner à ses usagers et clients des informations « vraies », ou tout du moins « vérifiées », semble donc être une préoccupation des plates-formes avant l’avènement des débats sur la « post-vérité ».

En 2017, Google propose un label « fact-check » visible dans les résultats de Google Actualités. Et comme à son habitude, Google propose un ensemble de critères à respecter pour obtenir ce label. Comme avec la réputation, l’analytics, la publicité en ligne, etc. l’un des objectifs de Google est de produire des conventions à minima, des standards dans le meilleur des cas. Le « fact checking » et la chasse à la « fausse information » serait-elle une nouvelle « norme » de qualité pour les intermédiaires de l’information ? Tout du moins un élément de plus, issu d’une production en boite noire, afin de générer de la confiance ?

Facebook, souvent pointé pour être une machine à produire et diffuser de la « fausse information », a réagi assez vite en soulignant déjà ne plus personnaliser ces « trending topics ». Mais Facebook veut aller plus loin, en s’appuyant sur un modèle qu’il maitrise : le digital labor. Tout en licenciant une partie de ses modérateurs, l’entreprise développe des partenariats pour fact checker et sensibiliser ses utilisateurs. De manière schématique, le principe est : vous pouvez signaler des informations rapportant des faits douteux ; des équipes de journalistes vérifient les faits ; si le fait est non-avéré l’information peut être retirée ou signalée, si ce n’est pas le cas un label de confiance est ajouté.

De là à dire qu’ainsi Facebook produit de la confiance, facilite la gestion de ses « trending topics », diminue le coût de main d’œuvre en modération, récupère des données sur les utilisateurs qui vont signaler ou non une information, tout en profitant de l’autorité informationnelle de médias prestigieux et du travail de vérification de ses usagers, il n’y a qu’un pas… Qui plus est quand les moyens de quantifier les effets et la circulation de cette désinformation/propagande/rumeur appartiennent aussi à Facebook.

 

Qualifier des sources plus que des informations, mais…

Lorsqu’on cherche à qualifier une information, on s’intéresse donc d’abord à sa source. Car peut-on dire que Le Gorafi produit de la « fausse information » ? Ou est-ce quand celle-ci est reprise par des sources « faisant autorité » qu’elle devient problématique ?

En tant qu’ancien praticien et aujourd’hui enseignant-chercheur en veille stratégique, j’enseigne la qualification des sources depuis quelques années. L’éducation à l’information et aux médias est essentielle, mais j’en retire surtout l’idée qu’il n’y a aucune méthode absolue pour s’assurer sur le long terme qu’une source sera fiable de manière constante. Aucune. Le Monde peut produire une information à partir d’un fait qui n’existe pas.  Une information du Washington Post relayée par l’AFP en l’occurrence. Impossible pour autant de dire que Le Monde et l’AFP ne sont pas des sources de qualité. Mais aussi de savoir ce qu’il en restera dans la mémoire des lecteurs.

Mon point de vue est le suivant : chercher des critères reproductibles pour tout type de sources n’est pas fiable. Définir des critères qui se veulent applicables par tous à partir de jugements ou d’opinions (comme le Décodex du Monde) amènera systématiquement une pluie de critiques (souvent à juste titre) et donc éloignera une bonne partie du public. Il ne faut pas ainsi partir d’une logique déductive, mais inductive : cette source me fournit-elle des données utiles ? Cette source en fournit-elle d’autres ? Comment est traité l’information, par qui, sous quel angle, avec quels opinions, quels sources, etc. ? En somme, des questions pour former l’esprit critique plus que des boutons à presser pour faire surgir la vérité. Le tout, comme le souligne Olivier Ertzscheid, en prenant en compte les nombreux biais cognitifs qui nous amènent à faire confiance ou à croire, et qu’encore une fois les dispositifs du web peuvent renforcer.

 

Observer ce qui circule et ce qui en est fait…

Plutôt que (seulement) ce qui est dit

A ce stade, il parait difficile je pense de qualifier l’information « d’objet ». L’information n’est pas stable, elle n’est pas visible de la même manière par tous, on ne peut la « manipuler » de manière reproductible pour aboutir systématiquement au même résultat. Il faut alors penser l’information non pas en fonction de sa nature (vraie ou fausse) mais en fonction de ses contextes de production (sur le web, les plates-formes) et de circulation (sur le web, entre les sites et les plates-formes). Dans cette lignée, des chercheurs de l’équipe Digital Methods de l’université d’Amsterdam viennent de publier des premiers résultats visant à observer la circulation de « fausses informations » sur le web. Si les études de réception (i.e. comment je consomme ou interprète une information) sont nécessaires, il me semble que sur des terrains numériques elles doivent être couplées à des études sur la circulation (des données, des faits, etc.). Car il ne faut pas oublier lors de l’analyse la part de mise en scène de soi dans la manière dont nous interagissons en ligne, ce que l’on met volontairement ou pas en visibilité, les postures que l’on prend dans un groupe… Et bien entendu le contexte dans lequel on produit et consomme de l’information, et qui est à la fois la résultante de nos actions (personnalisation) et des modes de fonctionnement des plates-formes.

Pour autant, il ne faut pas seulement s’intéresser à la circulation qui in-forme par un seul prisme technique et algorithmique. Il parait là aussi essentiel de produire un cadre d’analyse socio-économique de cette fabrique et circulation de l’information. Les questions à se poser sont moins celles de possibles « bulles » algorithmiques, mais plutôt : qui qualifie l’information (modérateurs, journalistes, usagers) ? Qui décide des modes de circulation de l’information sur la plate-forme ? Avec quels objectifs (commerciaux, de gouvernance) ? En quoi un fait erroné qui circule sur une plate-forme participe à ses modèles ? Quels sont les investisseurs, et en quoi influent-ils sur ces choix ? Etc.

Par exemple, Twitter. Son modèle repose sur la propagation rapide d’un message et sur la qualité/influence/réputation/médiatisation de sa source. Ce dispositif propose alors de certifier certains comptes. Pour Facebook, le constat amené précédemment (renvoi des modérateurs) doit être analysé au prisme des solutions proposées (faire travailler les usagers), des investissements déployés, des partenariats médiatiques ou publicitaires effectués, etc. Au niveau des acteurs médiatiques traditionnels, l’on peut s’intéresser aux modèles économiques sous-jacents à « l’économie de l’attention ». Et même plus, à une possible « économie de l’impulsion » : produire du clic pour faciliter la circulation, impulser l’envie de lire ou partager un article (en fleuretant parfois avec le clikbaiting)… On peut alors essayer de comprendre pourquoi les médias préfèrent travailler avec Facebook ou chercher à obtenir un label « fact-checking » de Google : difficile de se priver de ses premières sources d’audience et de propagation, qui sont aussi les premières régies publicitaires en ligne. Qui plus est lorsqu’elles permettent d’obtenir une forme de certification, de label de confiance.

 

Au final…

Pour synthétiser toutes ces réflexions, on peut dire que l’information est une matière que l’on forme à plusieurs niveaux. Un niveau macro et industriel, ce qui est le cas des plates-formes web. Un niveau méso et contextuel/situationnel, lorsque l’on souhaite porter quelque chose à la connaissance de quelqu’un. Et un niveau micro et « cognitif » en fonction de notre capacité à interpréter ce qui est porté à notre connaissance. Sur le web, on retrouve ainsi une tension entre une nécessaire standardisation des usages (niveau macro), et des usages localisés propres à chaque usager (un « syndrome transcontextuel »). Entre les deux, se trouvent des acteurs comme les journalises dont le but n’est pas que de rapporter des faits mais de les mettre en contexte, en mettant plus ou moins en avant leur regard (ce qui n’est pas, là aussi, sans créer de débats sur une possible recherche d’objectivité/neutralité).

Questionner la manière dont notre société vibre (pour reprendre le concept de Dominique Boullier) par le numérique et pour des informations contestables, ne doit pas s’appuyer sur une considération binaire : l’information n’est pas qu’une question de 1 et de 0, de true or false, mais l’agencement de signes et de nombreuses étapes de formation.

Pour schématiser, trois questions me semblent essentielles :

  • La consommation : pourquoi ? Un fait erroné qui circule suppose de s’intéresser aux effets qu’il produit lorsqu’il est transformer en information. De même, il faut questionner la possible intentionnalité derrière cette mise en forme et en mouvement. Mais la réception d’une information et ses effets sont une clé d’entrée limitée, au sens où les observations ne peuvent être que très localisées (au niveau de l’individu) ou au mieux amener à une possible appréhension de la formation d’une opinion (au niveau d’un groupe)
  • La production : comment ? La question est ici de comprendre comment les dispositifs que nous utilisons quotidiennement participent à la production d’information par l’élaboration d’un contexte
  • La circulation : pour quoi faire ? Cette question essentielle permet d’interroger ce qui est observable en contexte, et non pas hypothétique (comme la production effectuée en partie par des « boites noires ») ou déclaratif (comme la réception à partir de questionnaires par exemple). Mais elle offre aussi la possibilité de décrire l’instrumentalisation de cette circulation, et interroger ce en quoi elle participe ou dépend de systèmes économiques ou politiques.

Bref, porter un regard critique sur ces phénomènes de désinformation, de rumeur, de propagande ou autre, suppose de confronter le point de vue des acteurs qui y participent, et de chercher des points d’appui permettant de viser une possible « objectivité »[5]. Il me semble alors que ces appuis se trouvent  dans l’observation de ce qui participe à in-former, et pas (seulement) dans la nature même de ce qui est ainsi formé.

Ces quelques réflexions un peu en vrac sont bien évidemment discutables, et les commentaires vous sont ouverts 🙂


[1] Louis Quéré, « Au juste, qu’est-ce que l’information ? », Réseaux, 2000, vol. 18, no 100, p. 331-357.

[2] Anne Mayère, Pour une économie de l’information, Editions du CNRS, 1990.

[3] ibid

[4] NORMAN, Donald A. Affordance, conventions, and design. interactions, 1999, vol. 6, no 3, p. 38-43.

[5] Voir à ce propos ce très intéressant entretien de Luc Boltanski sur le rôle du sociologue dans l’établissement de formats de réalité : « Je dirais que pour critiquer l’établissement des formats de réalité, le sociologue ne s’appuie pas alors sur une morale particulière, mais sur le travail des acteurs pour les mettre en cause et tenter d’en établir de plus justes. Mais le sociologue doit aussi aller plus loin que le suivi des acteurs dans leurs tentatives d’établissement de nouveaux formats de réalité. Il doit mobiliser des outils de totalisation capable d’objectiver ce sur quoi repose la stabilisation des expériences des acteurs elle-même. Il doit alors faire cette opération presque impossible d’accrocher la description de ce type de travail à un jugement normatif. »


Une réflexion au sujet de « La « fausse information » : une fausse question ? »

  1. Ping : 20170212-20170205 : Revue de presse | Mes usages numériques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *