Publication de notre livre : « Le Web Affectif : une économie numérique des émotions »

Avec plein d’émotions et de fierté je vous annonce la sortie de l’ouvrage sur les affects numériques coécrit avec Julien Pierre aux éditions de l’Institut National de l’Audiovisuel (INA). Cet ouvrage propose un cadre d’analyse issu de 3ans de réflexions et d’études sur les sujets des affects en ligne, des emojis et autres likes, mais aussi des applications de reconnaissance des émotions ou encore du développement d’un capitalisme affectif numérique. Ce billet de blog vise à détailler un peu ce que vous allez y trouver… Et vous donner envie de le lire ?!

 

Vous trouverez le livre à partir d’aujourd’hui chez votre libraire favori et sur le site d’Amazon, la Fnac, Leslibraires.fr, etc.

 

Nous avons souhaité faire un livre court (120 pages) plus proche d’un essai que d’une restitution détaillée de recherches (comme mon précédent), et dont voici le résumé :

J’aime, je clique. Le web se résume-t-il à ça ? La joie, la peur, la tristesse, la colère mais aussi l’ennui sont un ensemble d’affects qui circulent sur les réseaux sociaux. Cette circulation est facilitée par le design des interfaces. C’est même une stratégie pour les principales plateformes numériques. Nos émotions sont provoquées, capturées, évaluées : mais quelle valeur les acteurs économiques du web accordent-ils à nos impulsions ? Quel bénéfice en tirent-ils ? L’émotion est-elle une monnaie à partir du moment où son échange permet d’enrichir nos expériences ? Ou bien suppose-t-elle une nouvelle forme de travail de milliards d’internautes ? En tant qu’usagers du web, comment ce travail affectif change nos manières de nous exprimer et de nous informer ? Au travers d’une analyse à la fois technique, socioéconomique et critique, cet ouvrage propose des éléments de réflexion pour saisir l’émergence d’une économie numérique des émotions.

Enfin : vous pouvez lire les bonnes feuilles sur le site INA Global.

 

Un livre sur les affects et les émotions numériques : pour quoi faire ?

Il y a 5 ans maintenant, nous avions travaillé avec Julien sur la réputation en ligne, lui sous l’angle des industries culturelles et des données personnelles, moi sur la construction d’un marché et de pratiques propres à cette notion. À force de discussions et de réflexions nous en étions arrivés à ce constat : les approches développées par les praticiens et les acteurs économiques de la (e)réputation traitaient d’un sujet central pour la réputation, sans autant le développer encore pleinement : les émotions.

Et en 2014, Facebook annonça via une étude controversée réussir à « manipuler » les humeurs de ces usagers. Ni une, ni deux, nous avons décidé de creuser plus profondément cette question d’un possible « capitalisme affectif » numérique.

Nous nous sommes alors interrogés sur les nombreux discours mettant en avant la performance de l’analyse et de l’activation des émotions via des dispositifs numériques pour : développer l’expérience utilisateur, affiner le ciblage des publics, personnaliser les interfaces et bien entendu attirer et orienter l’attention. Le point central de nos réflexions est suite à cela le suivant : les « émotions » ne peuvent être quantifiées ou activées, mais pour autant nous glissons d’une économie de l’attention vers une économie de l’impulsion. Autrement dit, le but des plateformes et de leurs annonceurs n’est plus (seulement) de nous faire lire/voir, mais de nous faire (ré)agir/ressentir.

Et qui dit économie, dit travail. Julien a alors proposé de s’intéresser à la notion de digital labor, nous permettant de souligner de manière critique ce en quoi cette focalisation sur nos émotions relève d’une forme d’exploitation : nous signalons et énonçons nos émotions afin de favoriser un système économique numérique qui tire sa force (et ses revenus) à la fois du traitement de la multitude (plus nous cliquons, plus ils y gagnent) et depuis peu de la singularisation (plus c’est personnalisé, plus je vais cliquer). De ces réflexions est né un premier article issu d’une communication dans un colloque.

Par la suite, nos recherches nous ont amené à constater, via notamment le test de différentes applications, que ce n’était pas réellement des émotions qui étaient ainsi mesurées. Mais alors, pourquoi jouer sur ces leviers ? Pour produire un effet, une impulsion. La notion d’affect nous permet ainsi, de manière conceptuelle, d’agencer les différents discours, signes (likes, emojis, etc.), et technologies autours d’un possible objectif : faire circuler en ligne ce qui nous affecte afin de nous mettre en mouvement, de produire des effets sur nos représentations, notre intime, nos gestes voire nos corps eux-mêmes.

Ainsi que le souligne Antonio Casilli dans la préface de l’ouvrage (et dont nous sommes réellement honorés d’avoir eu le regard sur nos travaux et le soutien depuis leurs prémices) :

« Nous sommes encore dans le contexte d’une création de qualités. Ces qualités sont constituées par les usagers, c’est leur travail. Parce qu’elles restent collées aux objets numériques, c’est un travail numérique. Parce qu’elles sont des qualités affectives, c’est un digital affective labor. ».

Ce livre pose donc les bases conceptuelles et méthodologiques d’un potentiel champ d’étude à venir sur le capitalisme affectif numérique. Des recherches plus centrées sur des terrains spécifiques, comme celles que nous poursuivons actuellement avec Julien sur le travail affectif et émotionnel des travailleurs du clic (community managers, modérateurs, etc.). Et bien entendu, des recherches qui nécessitent une pluralité de points de vue, comme le montre le dossier sur les « Affects numériques » que nous avons codirigé dans la RFSIC.

En espérant que ce livre affecte vos interrogations sur le sujet, ou vous en fasse découvrir de nouvelles, n’hésitez pas pour toute question et bien entendu tout commentaire/critique/avis, nous serons enchantés de discuter avec des lectrices et lecteurs 🙂

 

Plan de l’ouvrage

Préface : Digital affective labor : les affects comme ressorts du capitalisme des plateformes. Par Antonio A. Casilli

Introduction

Chapitre 1 : Extension du domaine affectif

  • D’un cadre conceptuel à un cadre opérationnel
  • Les émotions à la croisée des disciplines
  • L’affect comme valeur économique : du travail affectif au digital labor

Chapitre 2 : Les affects numériques en surface

  • Des fonctionnalités affectives
  • L’émotion, un composant logiciel
  • Identifier des états affectifs

Chapitre 3 : De la mesure et de l’évaluation des affects numériques

  • Des métriques attentionnelles aux métriques affectives
  • Techniques de mesure
  • Reconnaissance des « émotions »
  • Une injonction à être soi-même dans un monde de normes

Chapitre 4 : Stratégies pour produire un web affectif

  • Étude de cas : la stratégie affective de Facebook en chiffres
  • L’émotion, ou l’ultime frontière de l’entreprise (et de la société)

Chapitre 5 : Du travail affectif et émotionnel en ligne

  • (Re)Donner du sens
  • Éprouver des souffrances au travail
  • Signifier l’émotion pour orienter l’attention
  • Tromper l’ennui par le numérique
  • Exploiter les affects pour aliéner les usagers

Chapitre 6 : Au-delà du web affectif

  • Un cadre d’analyse pour saisir la circulation des affects
  • Le Digital Affective Labor
  • Hack your emotion

Conclusion.

Et bonne lecture 🙂


Une réflexion au sujet de « Publication de notre livre : « Le Web Affectif : une économie numérique des émotions » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *