Algorithmes : la boite noire ou l’obsolescence ?

Que se passe-t-il si un individu confronté à une forme d’évaluation algorithmique en connait les critères ? Comment perçoit-il alors l’évaluation qui est faite, de son blog dans notre cas, et quel impact cela a-t-il sur sa perception de « l’évaluateur » ? Voici quelques pistes (exploratoires) issues d’un papier écrit il y a quelques temps.

Avec Christian Marcon nous avons proposé il y a deux ans au colloque « La médiatisation de l’évaluation » un papier intitulé : Quelle(s) perception(s) des classements de blogs par leurs auteurs ? Le cas Wikio. Papier dont vous trouverez le pré-print (enfin la version « communication » pour le colloque) sur HAL. Et, au passage, les diapos de présentation sur Slideshare.

A l’occasion de la sortie de l’ouvrage issue de ce colloque (et donc du même nom), je vais revenir sur certains points qui me semblent intéressants à re-questionner au vu de l’engouement et de la focalisation actuelle autour des algorithmes. Et ce, même si notre échantillon d’origine était limité (9 blogueurs) et que notre terrain (Wikio) n’existe plus à proprement parler (devenu « Ebuzzing »). Pour notre étude, nous sommes donc allés interroger 9 blogueurs classés à l’époque dans le Top 100 des blogs « high-techs » de Wikio. Les questions posées étaient variées, mais celles dont je vais discuter ici étaient les suivantes : Connaissez-vous les critères de classement de Wikio ? Les prenez-vous en compte dans votre activité de blogueur ?

Le point à souligner est que Wikio fonctionnait, pour classer les blogs de sa base de données, sur le modèle du PageRank (modèle dominant d’une grande majorité des « systèmes de réputation » comme je le souligne dans mon précédent billet). Et que, si certains critères restaient opaques comme tout bon algorithme, les principaux (le poids des liens en tête) étaient connus… Ce qui explique déjà que chez les interviewés : 5 les connaissaient partiellement, 3 disaient que « oui, totalement », et un que non. De ce fait, et sans vouloir extrapoler trop loin, certains résultats sont une bonne base de discussion (et de recherches de mon côté depuis cet article) sur la question de la perception des évaluations automatisées aujourd’hui à l’œuvre sur le web.

 

Ouvrir la boite noire : de l’évaluation au jeu

Dans un article publié sur Internet Actu Hubert Guillaud cite Cathy O’Neil : Une des raisons les plus courantes que j’entends pour ne pas ouvrir les modèles est que si on le fait, les gens vont jouer avec. Mais c’est exactement ce qu’ils doivent faire et ce n’est pas un argument valable contre la transparence !

Force est de constater que, dans le cas de Wikio, c’était bien le cas. Comme nous le soulignons dans l’article : Le terme « amusant » revient lui aussi plusieurs fois, faisant ainsi écho aux notions de jeu ou de challenge perçus par les interviewés. Une fois les critères d’évaluation connus, les évalués vont employer certaines tactiques (de « réactivité » dans l’approche de Wendy Espeland) pour favoriser leur notoriété. Ce qui est la base même, d’ailleurs, du SEO. Ainsi que nous le mettons en exergue dans la conclusion de notre papier :

Le rapport à l’évaluation nous semble pouvoir être assimilé à un jeu. Les règles en sont connues de tous les participants qui se comportent en joueur experts comme s’ils trouvaient à la fois un intérêt direct au résultat et un plaisir ludique à se voir jouer, à voir jouer les autres, à apprécier leurs actions comme lorsque, dans un jeu de société, on apprécie la stratégie d’un autre joueur ou un joli coup joué.

 

Opacité et crédibilité sont dans un bateau…

Les critères de l’algorithme, qu’ils soient connus ou supposés, deviennent de plus des arguments pour une critique, le classement apparaissant comme : « dérisoire », « limité », « dépassé », de « faible pertinence », « anecdotique », ou encore « obsolète ».

Dans un récent article relayé sur le Tumblr « A lire ailleurs », il est pourtant souligné que : les gens ont plus confiance dans les algorithmes quand ils peuvent en ajuster les variables, même si ce sont des variables qui n’ont pas d’effets sur le modèle. Quand ils peuvent prendre part à la décision et l’utiliser pour ajuster leur jugement, leur niveau de confiance remonte. Si l’idée de confiance n’a pas émergé telle quelle dans nos entretiens, qui plus est car notre échantillon se voulait « expert » de ces questions (catégorie high-tech), plusieurs d’entre eux nous ont souligné les apports de celui-ci pour constituer une communauté, ou encore identifier de nouveaux blogs « pertinents ». L’apport symbolique d’un algorithme et d’un classement « ouvert » est donc fort (spécifiquement en termes « d’égo ») mais il déprécie fortement le classement en lui-même, voire le modèle en général.

En somme, l’algorithme devient moins crédible ou pertinent car apparaissant comme moins complexe : « Si le nombre de backlinks est un critère pertinent, il serait bon de les pondérer » ou « Il n’y en a pas assez [de critères]. L’algorithme devrait être plus complexe ». La question étant, qui plus est pour feu Wikio : peut-on « monétiser » un classement ou un système à partir du moment où celui-ci est au mieux vu comme un jeu, au pire comme inefficace ou peu crédible ? Mon intuition me tend à dire que les changements incessants dans les algorithmes que nous employons tous les jours pour évaluer ce qui nous entoure relèvent autant d’une optimisation technique que de la volonté d’entretenir l’opacité de leur fonctionnement. Sinon, comment pourrions-nous considérer leurs résultats comme « naturels » ou « organiques » ? Y aurait-il toute cette « mythologie » en construction autours des « algorithmes » (termes aujourd’hui employé à toutes les sauces plutôt que de –continuer à- parler de « programmes ») ? Les entreprises pourraient-elles continuer à produire des discours qualifiant les machines d’intelligentes/smart ?

Sur mon précédent blog, je plaidais pour un droit au calcul plutôt qu’un droit à l’oubli. On ne connaitra surement jamais les critères d’un programme informatique, surtout commercial. Pour autant, appréhender les logiques de computation de ces programmes ne les transformerait pas en un jeu, mais offrirait une manière de penser avec les machines et non plus par ou comme les machines… Bref, un possible compromis (passant par l’éducation) entre une transparence totale (qui semble malheureusement ne pas être à l’ordre du jour) et une opacité subie ?


3 réflexions au sujet de « Algorithmes : la boite noire ou l’obsolescence ? »

    • Merci Maël, je n’avais pas creusé plus que ça et le terme « ebuzzing » est toujours référencé mais mène effectivement au site « teads » (fr.labs.teads.tv/top-blogs).

      [Edit de mon commentaire]
      Je m’aperçois que ce nouveau classement « Teads » à enlevé mon précédent blog, l’a remplacé par celui-ci et l’a inscrit en « sciences de l’information »…
      Comme quoi il y a en plus des employés derrières qui interviennent… ou que leurs bots/programmes sont très puissants?!

  1. Tu veux dire qu’un auteur de blog ne serait pas différent d’un électron ? Si j’en crois le théorème d’incomplétude de Godël et que j’extrapole un tout petit peu, l’auteur n’existe que parce que l’algorithme le regarde…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *