Documenter ceux qui nous surveillent : la sousveillance en question

Que serait-il arrivé si « l’interpellation » de Georges Floyd n’avait pas été filmée ? Aurions-nous les mêmes comportements en ligne si Edward Snowden n’avait pas mis au jour certains processus de surveillance étatique ? Dans son acception la plus large, la sousveillance se présente comme une notion cherchant à circonscrire ces pratiques visant à « surveiller les surveillants » afin d’exercer un contrôle social citoyen.

 

Dans une récente conférence au LabCMO j’ai présenté un article écrit en 2016 où j’interrogeais la sousveillance comme des possibles pratiques de renseignement citoyen. Plus que du copwacthing, la sousveillance offre un moyen de s’interroger sur l’importance de nos pratiques documentaires ordinaires (filmer, photographier, diffuser en ligne, etc.) dans les rapports de force entre citoyens et pouvoirs publics ou commerciaux.

Ci-dessous vous trouverez les diapositives ainsi que la vidéo de ma présentation.

Mais avant, voici les points centraux que j’y développe :

  • La sousveillance, comme la captation et la mise en circulation d’images montrant les pratiques et abus des « surveillants » (étatiques ou commerciaux) peut être considérée comme une affection distribuée : c’est l’intensité affective des images et leurs affordances avec les dispositifs qui dirigent leur circulation, et non plus les idéologies qu’elles embarquent puisqu’elles se veulent « brutes » et subjectivement situées
  • De fait, on assiste à une guerre des points de vue et des contextes : sans médiations, hormis celles des plateformes, les autorités informationnelles traditionnelles cherchent à limiter ou « idéologiser » ces pratiques
  • L’analyse des industries de la surveillance (la sous-surveillance) est elle dans une logique de contextualisation qui poursuit un but : l’action citoyenne permise par la mise à disposition de données et de faits. Elle repose donc sur des logiques d’autorité nécessaires à la légitimation de discours basés sur une critique argumentée de la surveillance, et qui vont à l’encontre (par exemple) du classique « si vous n’avez rien à cacher, vous ne devez pas avoir peur d’être surveillés »
  • Il parait important de rappeler aussi, dans une logique d’analyse critique des technologies de sousveillance, qu’il ne faut jamais laisser le bénéfice du doute : si une technologie peut participer à une politique de surveillance, elle finira  par y participer d’une manière ou d’une autre. Même si elle a été pensée pour d’autres usages (comme la reconnaissance faciale des émotions)
  • Les images ou discours issus de la sousveillance participent à la capitalisation affective des plateformes : là où elles peuvent être pensées comme des leviers d’action citoyenne (ou simplement des moyens d’autodéfense) par celles et ceux qui les produisent, les plateformes les transforment en « contenus » favorisant la réaction, donc la captation de données
  • Ce sont ces mêmes plateformes qui attribuent une valeur (réputationnelle) à ces « contenus » comme les autres, dirigeant ainsi leur mise en visibilité et en discussion. Dans cet optique, les logiques algorithmiques mais surtout de modération sont centrales dans l’analyse des pratiques de sousveillance
  • Enfin, je propose à la fin une réelle éducation à la sousveillance afin d’en faire un outil collectif de renseignement citoyen : apprendre à braconner nos espaces surveillés, et à aller au-delà de la prise de vue afin saisir les enjeux et la puissance potentielle de ces pratiques devenues ordinaires

Bon visionnage et/ou lecture 🙂

 

 


1 réflexion sur « Documenter ceux qui nous surveillent : la sousveillance en question »

  1. Ping : Société de la surveillance | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.