Produire du vrai avec du faux, et inversement : comment définir l’astroturfing numérique ?

Définir l’astroturfing n’est pas chose simple, l’observer en ligne l’est encore moins. Dans les grandes lignes, l’astroturfing désigne les techniques visant à simuler ou instrumentaliser des mobilisations citoyennes, en ligne ou non. Mais comment distinguer les vraies mobilisations de celles orchestrées ? Et si les deux s’articulaient ? À partir d’une recherche menée sur les mouvements anti-éoliens, voici quelques pistes de réflexions.

Une “ferme à clics”. Source : https://ppcprotect.com/blog/ad-fraud/what-is-a-click-farm/

 

Je vous propose tout d’abord une synthèse de mes propos, puis les diapositives ainsi que la vidéo de mon intervention (si vous voulez plus de détails) lors du séminaire de l’ACSS : Astroturfing, de l’usurpation à la manipulation du débat public ?.

Malgré des travaux déjà bien développés dans la littérature anglophone (Lyon et Maxwell, 2004 ; Kovic et al., 2016 ; Zerback, 2021), et encore embryonnaires dans celle francophone (Boulay, 2012, 2015), l’astroturfing n’a pas de définition stabilisée. Si, de manière générale, on peut aborder cette notion comme ce qui recouvre la fabrication et la simulation d’un mouvement d’opinion qui parait comme spontané (McNutt, 2010), il est difficile d’en circonscrire le périmètre : est-ce que toute mobilisation de citoyens, à partir du moment où elle peut s’inscrire dans l’agenda d’une organisation, relève d’une forme d’astroturfing ? Ou alors, est-ce le critère de dissimulation, de « faux », qui est prédominant ? Et en ligne : comment observer ce « faux » alors qu’il est possible de ne pas s‘identifier (Paillet et Casilli, 2015) ?

Dans une publication récente, Brieuc Lits propose une typologie de l’astroturfing, et met en avant à la suite d’autres auteurs (Kovcik et al., 2018) un répertoire d’actions typiques : création de groupes de façades, pétitions, achats de profils sur les médias sociaux, etc. Dans cette communication, plus que chercher une définition, je propose de discuter ce qui relève de l’astroturfing, ou non, par la description de mobilisations en ligne qui font appel au même répertoire d’actions.

Les anti-éoliens en ligne : différentes mobilisations qui pourraient être qualifiées d’astroturfing

La présentation ci-dessous restitue les résultats de mes travaux au sein du projet de recherche Controverses et résistances au développement de l’éolien (CREOL) codirigé avec Bruno Vétel. Le corpus numérique que j’ai analysé est constitué de 500 vidéos Youtube (liens, commentaires, chaines), 15 pages Facebook et 15 forums spécialités.

Chez les anti-éoliens, c’est à dire des individus, élus ou non, ou des associations constituées pour cette cause ou pas, les motivations sont variées : éviter d’avoir une éolienne dans son jardin ou son champ, peur des répercussions sur la santé ou sur une activité économique, critique des énergies renouvelables… J’observe chez ces acteurs trois grands types de mobilisations qui font appel à des techniques propres à l’astroturfing :

  • Les mobilisations par l’enquête : des usager-e-s concerné-e-s par le sujet, souvent militant-e-s, qui vont traiter l’actualité en continu, et faire usage de certains dispositifs pour organiser les informations qu’iels collectent. Les données collectées, et leur analyse, reposent sur des pratiques souvent rigoureuses. Pour autant, comme pour l’astroturfing commandité, il est difficile d’identifier certains acteurs qui, par exemple, réalisent des cartes d’implantation des éoliennes, de définir leur autorité ou expertise sur la question, ou encore les données qu’ils utilisent. De plus, comme c’est aussi le cas dans certains groupes anti-vaccins (Lee et al., 2021), ce travail d’analyse des données peut amener ensuite à des corrélations ou des conclusions discutables, voire de la désinformation : est-ce que les promoteurs de l’éolien implantent vraiment leurs parcs dans les régions les plus pauvres ?
  • Les mobilisations de clavier (Badouard, 2013) : des usager-e-s qui réagissent à l’actualité en fonction des discours ou contenus qui leur sont proposés, des contextes, des réseaux dans lesquels iels s’insèrent, des incitations immédiates. Ici, cela pourrait être vous ou moi, non-concerné-e-s directement par l’implantation d’un parc éolien, mais qui pour des motivations affectives, affinitaires ou idéologiques, va interagir avec des contenus anti-éoliens (en cliquant, likant, retweetant, etc.). Là encore, est-on face à des clics fait par des internautes lambdas ? Des formes de manipulations existent-elles ? J’identifie que ces interactions répondent principalement à des incitations à partager ces contenus de la part de certains acteurs militants sur leurs profils en ligne. La légitimité desdits contenus provient de leurs sources, journalistique dans l’exemple donné en conférence.
  • La communication d’influence : emploi de techniques de désinformation par des entités organisées et difficilement identifiables. L’exemple le plus central issue de cette recherche sont des sites proposant un ensemble de ressources en plusieurs langues, produites ou financées par d’autres entités floues (articles scientifiques dans des revues prédatrices, interviews “d’experts”, etc.), des militant-e-s (posters, chansons, vidéos), des politiques ou des médias. Nous sommes ici dans ce qui se rapporte le plus à de l’astroturfing commandité, au groupe de façade : des vidéos de médias remontées pour mettre en avant les arguments anti, des ressources discutables voire fausses, la mise en lien avec d’autres entités, des incitations et conseils pour créer des associations, etc. L’implication et les coûts pour gérer et produire de telles bases de données ne sont pas anodins, même s’il est difficile d’identifier un commanditaire. Ce qui est aussi la base de l’astroturfing, et permet donc de jouer sur le doute.

L’astroturfing : profiter des biais algorithmiques

Un constat central de cette enquête est donc le suivant : l‘astroturfing numérique ordinaire consiste moins à faire des grandes actions de manipulation qu’à alimenter en contenus et informations des mobilisations authentiques. Cela rejoint un autre billet de blog où j’expliquais que la « fausse information » était une fausse question, au sens où la circulation des informations sur les plateformes, et la manière dont elles mobilisent les publics, nous en apprend plus sur ce qui désinforme que leur contenu en lui-même.

Comme l’illustre la cartographie ci-dessous, lorsque vous regardez une vidéo en provenance d’une autorité traditionnelle (média) traitant de l’énergie éolienne, dans les trois premières vidéos qui vous sont recommandées par Youtube, au moins l’une d’entre-elles est une vidéo d’anti-éoliens. Dis autrement, des vidéos produites par les acteurs militants ou faisant de la communication d’influence, décontextualisées, re-montées, bref des-informées vous seront systématiquement recommandées si vous décidez de vous informer sur la question.

Sur cette cartographie, les nœuds en bleu sont des vidéos Youtube produites par des médias (comme : https://www.youtube.com/watch?v=oQMGD4xLpUE) , les nœuds en rouge des vidéos qualifiées manuellement d’anti-éoliennes (comme https://youtu.be/_evLpbpQ5t8). Les liens représentent les relations entre les vidéos recommandées par Youtube à partir d’une vidéo source. L’extraction des données a été faite avec l’outil Youtube Data Tools du DMI (https://tools.digitalmethods.net/netvizz/youtube/mod_videos_net.php) et la cartographie avec Gephi 0.9.2.

En somme : l’astroturfing est-il un outil de communication comme un autre sur des plateformes numériques construites pour et par la production et la circulation d’information ?


La vidéo et les diapositives de ma présentation vous apporterons, j’espère, plus d’éléments pour réfléchir et discuter de cela. Bon visionnage/lecture 🙂

Bibliographie

Boulay, S. (2012). Exploration du phénomène d’astroturfing : Une stratégie de communication usurpant l’identité citoyenne dans l’espace public. Communiquer. Revue de communication sociale et publique, 7, 61‑84. https://doi.org/10.4000/communiquer.487

Boulay, S. (2015). Usurpation de l’identité citoyenne dans l’espace public : Astroturfing, communication et démocratie. Presses de l’Université du Québec.

Kovic, M., Rauchfleisch, A., Sele, M., & Caspar, C. (2018). Digital astroturfing in politics: Definition, typology, and countermeasures. Studies in Communication Sciences, 18(1), 69-85.

Lee, C., Yang, T., Inchoco, G. D., Jones, G. M., & Satyanarayan, A. (2021, May). Viral Visualizations: How Coronavirus Skeptics Use Orthodox Data Practices to Promote Unorthodox Science Online. In Proceedings of the 2021 CHI Conference on Human Factors in Computing Systems (pp. 1-18).

Lyon, T. P., & Maxwell, J. W. (2004). Astroturf: Interest group lobbying and corporate strategy. Journal of Economics & Management Strategy, 13(4), 561-597.

McNutt, J. G., & Boland, K. (2007). Astroturf, technology and the future of community mobilization: Implications for nonprofit theory. Journal of Sociology and Social Welfare, 34(3), 165–178.

Pailler, F., & Casilli, A. A. (2015). S’inscrire en faux. Les fakes et les politiques de l’identité des publics connectés. Communication. Information médias théories pratiques, 33(2).

Zerback, T., Toepfl, F., & Knoepfle, M. (2021). The disconcerting potential of online disinformation: Persuasive effects of astroturfing comments and three strategies for inoculation against them. New Media & Society, 23(5), 1080-1098.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.